MARCHÉ ‘‘TEST’’ : OPÉRATION RÉUSSIE !

Rendez-vous incontournables pour nombre de Sisteronais, les 2 marchés hebdomadaires avaient été suspendus en raison de la terrible crise sanitaire que nous traversons. Mais l’attente du public était très forte, en particulier celle des personnes âgées ou isolées, peu mobiles. Le projet de rétablissement d’un marché palliatif, le temps de la crise, en un lieu qui respecte toutes les conditions sanitaires et de sécurité, a longuement été mûri, et c’est un arrêté préfectoral qui en a permis la tenue selon des règles très strictes.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)

 

POMPIERS : BAISSE DES ACCIDENTS DE VOIE PUBLIQUE !

À Sisteron ils sont 60 en tout : 60 sapeurs-pompiers, femmes et hommes dont 59 sont volontaires (7 officiers, 17 sous-officiers, 23 caporaux, ainsi que 11 sapeurs et 2 officiers de santé et de secours médical), prêts à voler à notre secours à chaque instant, quel que soit la météorologie, le jour ou l’heure. Cette petite armée, qui veille sur nous 24h/24, est dirigée depuis le 27 septembre dernier par le Capitaine Nicolas Orth qui, à 44 ans, a déjà 28 années de service au sein des sapeurs-pompiers (il a débuté à l’âge de 16 ans dans l’Hérault)…, … Virus ou pas, les Sapeurs-Pompiers sont, fort heureusement, toujours là,… (Photo archive 1951-52)

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)


 

GAUTHIER ÉTAIT L’INVITÉ D’AVANT-MATCH

Il s’agit d’une aventure numérique que le jeune sisteronais, Gauthier Ponti, 13 ans, n’oubliera pas de sitôt et qui devrait d’ailleurs se prolonger dans la vie réelle. En effet, Christian Califano, ancienne gloire du rugby français, redoutable pilier entre autres du Stade Toulousain et de l’équipe de France, aujourd’hui reconverti comme consultant sportif, présente une émission hebdomadaire bien sympathique ‘‘AvantMatch’’, très appréciée dans le monde de l’ovalie et diffusée sur le Facebook officiel de la Ligue Nationale de Rugby ‘‘Top14’’. Le but de ce programme est de créer du lien entre le monde du rugby amateur et celui des professionnels.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)

 

CLOWN AUGUSTIN : VIVEMENT QUE L’ON PUISSE À NOUVEAU RIRE ET RÊVER !

Depuis le début du confinement, de nombreux secteurs d’activités ont été mis en sommeil, voire même tout simplement arrêtés : parmi eux, le monde du spectacle et de l’événementiel ! Aujourd’hui, plus personne ne fait la fête : il n’y a plus d’anniversaire ou de mariage ! L’ensemble de la profession est en attente d’une reprise qui, force est de constater ne sera pas pour demain… Nous allons vivre un été bien fade : sans fêtes de village, sans manèges, sans concerts et sans aucun festival, ou presque ! Alors, restent les souvenirs !

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)


 

AMBULANCES VOLPE : SUR LE FRONT FACE AU COVID-19 !

Il y a quelques jours, et pour une fois, les ‘‘pimpons’’ des ambulances Volpe ne signalaient pas un départ vers une urgence, mais résonnaient en signe de solidarité avec le personnel soignant de l’hôpital de Sisteron. Ce défilé, tous gyrophares allumés et toutes sirènes hurlantes, était le signe du trait d’union sacré qui unit les ambulanciers au personnel hospitalier…, … Toute cette flotte, véritable armada opérationnelle 24h24, est basée sur Sisteron, Château-Arnoux, Laragne, Gap et Embrun. Avec la crise sanitaire liée au Coronavirus, Covid-19, Sébastien Volpe a totalement réorganisé son entreprise.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)


 

ÉTABLISSEMENT ‘‘LE RALLYE’’ À SISTERON : DES GÉRANTS AU GRAND CŒUR !

Alors que nous traversons une crise sanitaire inédite, il y a des initiatives locales qui se doivent d’être louées. C’est le cas notamment concernant l’établissement ‘‘Le Rallye’’, situé rue de Provence à Sisteron, repris 4 ans plus tôt par Rolland Del Magro et son fils Andréas. Les gérants font preuve d’une solidarité exemplaire car les Sisteronais peuvent en effet compter sur la générosité et le professionnalisme indéniable du commerce.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)


 

RÉCEPTION DES KITS DE CONFECTION DE MASQUES

Ça y est, les tissus élastiques, fils et patrons sont arrivés. Les 92 volontaires (89 femmes et 3 hommes) sont actuellement en pleine action afin de confectionner des masques alternatifs et réutilisables. Christine Reynier et Léa Payan, conseillères municipales ont présenté, en présence des bénévoles et des employés municipaux, le dispositif au maire Daniel Spagnou qui s’est dit satisfait et fier de pouvoir compter sur un nombre considérable d’administrés n’hésitant pas à se mobiliser de manière solidaire et désintéressée.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)


 

UNE TABLETTE AUSSI POUR LES VISITANDINES

Nous avions évoqué et salué dernièrement, à juste titre, l’opération ‘‘2 tablettes pour les Cigalines’’ officiée par la municipalité de Sisteron. L’objectif était de permettre aux familles des résidents de l’Ehpad de garder un lien avec leurs proches malgré le confinement. Cette initiative a rencontré un succès probant. C’est pourquoi le maire de Sisteron, Daniel Spagnou a souhaité l’étendre au RPA les Visitandines.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 15/04/2020)


 

ACTION OFFRE DES CHOCOLATS À NOS MÉRITANTS

Nous avons pris pour habitude, depuis quelques semaines, de mettre en lumière certaines actions que nous trouvons très respectables. C’est le cas de l’établissement ‘‘Action’’ de Sisteron qui, suite à la période de Pâques, a fait don de chocolats à différentes structures locales actuellement sur le front du Covid-19. Ainsi, l’hôpital de notre ville, la gendarmerie, la caserne des sapeurs-pompiers, deux pharmacies sisteronaises et les ambulances Volpe, ont reçu ces quelques douceurs en témoignage de respect et de solidarité.

(Extrait Sisteron Journal 3824 – 25/04/2020)


 

SOUTENONS LA FERME DU PETIT JABRON ET TOUS NOS PRODUCTEURS LOCAUX

Les fromages de chèvre de la ferme du Petit Jabron sont unanimement appréciés pour leur qualité, et l’affluence sur le stand tenu par Adrien Donneaud le samedi matin sur le marché de Sisteron en apporte, s’il en était besoin, une preuve éclatante. C’est pourquoi nombre de gourmets se sont sentis frustrés lorsque sur une période de quelques semaines, le stand était absent du marché. C’était tout simplement en raison d’une pénurie de lait, période au cours de laquelle les chèvres mettent au monde leurs chevreaux (notre photo). Et c’est au moment où la production de lait, et donc de fromages, reprenait, que nous subissions de plein fouet cette terrible pandémie, qui nous contraignait au confinement et qui n’autorisait plus la tenue des marchés dans nombre de villes et villages du département.

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)

 

LA CHAUMIANE : QUARTIER SOLIDAIRE ET FESTIF !

Au quartier de la Chaumiane, comme dans tous les quartiers sisteronais, durant la journée le calme plat se fait entendre : ou plutôt se fait presque silence ! On entend bien parfois une poule chanter après avoir pondu un œuf, ou son mâle coqueriquer, on perçoit ici et là des chiens qui s’amusent et quelques coups de bêches dans les jardins, mais guère davantage ! Depuis quelques temps, à 20 heures précises, une musique retentit et s’infiltre dans tous les foyers du secteur. En effet, l’idée a germé un peu à l’instar des habitants des grandes villes qui sortent le soir à 20h sur leur balcon, afin d’applaudir les soignants et toutes les personnes qui œuvrent au quotidien pour nous permettre de demeurer confinés sans trop de peine. Ainsi, au quartier de la Chaumiane, lorsque l’heure approche, les habitants sortent sur le perron des maisons, devant leur portail ou s’installent aux fenêtres. Grâce à une enceinte généreusement prêtée par un ami technicien, une sélection musicale est alors lancée durant 5 minutes.

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)


 

MADAME CANTREL : DIRECTRICE ET MAÎTRESSE D’ÉCOLE PROCHE DE SES ÉLÈVES

La fermeture des établissements scolaires a été annoncée le 12 mars dernier. Elle a été effective le lundi suivant, juste avant le confinement complet de la population : « Ce fut soudain et inattendu, aussi bien pour les enseignants que pour les familles » explique Priscilla Cantrel, directrice de l’école Pierre Magnan, située au quartier des Plantiers. Cette école est l’une des plus anciennes de Sisteron…, … Dès le premier jour, les structures ont redéfini leur organisation : certaines ont fait le choix d’utiliser les ressources du Centre National d’Enseignement à Distance (CNED), en suivant scrupuleusement les indications transmises par la Direction Académique et d’autres, comme l’école Pierre Magnan, n’utilisent pas le CNED ayant opté pour d’autres méthodes…, … Ainsi, les documents sont principalement transmis par courrier électronique, et sur support papier pour les familles qui ne peuvent pas faire autrement.

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)


 

ET SI NOUS FABRIQUIONS NOS MASQUES ?

Un masque barrière pour tous les Volonnais et Sisteronais : tel serait le souhait de Sandrine Cosserat et Daniel Spagnou, respectivement maire de Volonne et de Sisteron. La première a lancé, il y a 2 semaines, une grande opération solidaire à laquelle tout le monde peut contribuer. Force est de constater le manque d’engagement du gouvernement concernant l’approvisionnement de masques de protection face au Covid-19. Alors, chacun doit se débrouiller par ses propres moyens !.., … Une opération similaire se met en place à Sisteron sur la demande du maire Daniel Spagnou, lui-même sollicité par le préfet Olivier Jacob. Le premier magistrat a lancé en début de semaine un appel aux couturières amatrices et aux professionnels pour la confection de masques alternatifs, la municipalité fournissant le matériel.

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)

 


 

LES VÉTÉRINAIRES SONT EUX-AUSSI MOBILISÉS

Malgré cette période de confinement, il est essentiel que les animaux puissent être correctement soignés, que ce soient les animaux de compagnie, de loisirs et de la ferme. C’est pourquoi les structures vétérinaires de notre pays sont restées ouvertes : « La profession vétérinaire doit assurer la permanence et la continuité des soins » souligne Olivier Lainay, docteur vétérinaire dont la clinique est située à Sisteron. Les soigneurs animaliers doivent donc s’organiser différemment. Ainsi, en ce qui concerne les chiens et les chats, qui pour rappel ne sont pas vecteurs du Covid-19, ceux-ci sont reçus au cabinet si leur situation est jugée préoccupante. Pour ce faire, un système de ‘‘Drive’’ sur rendez-vous a été mis en place.

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)


 

JEAN ARNOUX MAGNIFIE LES OUTILS DU BOIS

Sisteron regorge de passionnés en tous genres qui transmettent leur savoir-faire, un enthousiasme : Jean Arnoux est de ceux-là ! Sa passion, le bois, les outils et les machines anciennes destinées au travail du bois. Cet homme à la crinière blanche et au visage ciselé par le temps, passe en temps normal ses journées dans l’atelier municipal Durance mis à la disposition de l’association ‘‘Ateliers Créatifs Sisteronais’’ présidée par Laure Berthelot.  Que se trame-t-il dans cet atelier lorsqu’il n’est pas question de confinement ? Eh bien, les 25 adhérents y travaillent le bois, créent, viennent voir, restaurent, transforment…

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)


 

1720 : SISTERON SE CONFINE POUR 3 ANS !

1720, comme d’autres villes en Provence, Sisteron apprend que la peste sévit à Marseille. À la fin du mois de mai, le Grand Saint Antoine débarque cargaison et équipage dans la cité phocéenne. Il arrive du Levant (Proche Orient), chargé de tissus contaminés par le bacille de Yersin. Il y a un certain nombre de décès suspects au cours de la traversée, dus officiellement à ‘‘de mauvais aliments’’.  La cargaison devait être vendue à la grande foire internationale de Beaucaire, il fallait qu’elle soit déchargée faute d’entrainer une perte très forte pour l’armateur et les autres négociants. Une mise en quarantaine non respectée des passagers et des marchandises permet à la maladie de se propager dans la ville comme une traînée de poudre, entraînant la mort de 40 000 personnes sur les 90 000 habitants, avant de gagner toute la Provence et faire plus de 120 000 victimes !

(Extrait Sisteron Journal 3823 – 18/04/2020)


 

LES INFIRMIERS LIBÉRAUX SISTERONAIS SONT SUR LE ‘‘PIED DE GUERRE’’ !

Parmi les acteurs que l’on considère comme ‘‘en première ligne’’, et qui luttent 24/24h, 7/7j, face au Covid-19, nous pouvons compter sur le soutien indéfectible du personnel soignant. Entre 2 soins, Rémi Pourchier, infirmier libéral exerçant dans un cabinet (notre photo Sylvia Chabal-Jourdan, infirmière associée) sur le secteur sisteronais, nous fait part de son observation sur le terrain ; l’occasion pour nous de constater leur dévouement sans faille face à la crise…, … L’infirmier déplore néanmoins les nombreuses ‘‘fausses rumeurs’’ qui circulent ! Nous pouvons par exemple citer le fait que la chaleur détruirait le virus, ou encore que certains vaccins contre la pneumonie ou la grippe sont efficaces…, ce qui est une certitude en revanche, c’est que les gestes barrières et le confinement sont, pour l’instant, les solutions les plus efficaces et que nous devons nous y soumettre toutes et tous : il faut donc prendre son mal en patience face au virus !

(Extrait Sisteron Journal 3822 – 11/04/2020)

 


 

SYLVAIN BÉHÉTY : UN MAÎTRE DANS SON DOMAINE !

Notre activité humaine quotidienne est fortement ralentie en cette période de confinement. Mais les animaux, eux, poursuivent leur cycle normal, et il est nécessaire de continuer à les nourrir et les soigner de manière appropriée et bienveillante. Sylvain Béhéty a une place particulière dans la production ovine et auprès des éleveurs. Fort de 33 années d’expérience, dont 28 au sein d’une coopérative ovine, il a tout récemment développé à son compte son activité de services aux éleveurs ou à leurs organisations. Et c’est dans le strict respect des contraintes liées au confinement qu’il poursuit son activité d’échographie des brebis, cette activité ne pouvant évidemment pas être reportée dans le temps.

(Extrait Sisteron Journal 3822 – 11/04/2020)


 

NON À L’AMPLIFICATION DES VIOLENCES INTRAFAMILIALES !

Le contexte particulier de confinement, indispensable à l’endiguement de la pandémie de Covid-19, constitue malheureusement un terreau favorable aux violences intrafamiliales : la promiscuité, les tensions, l’anxiété peuvent y concourir. Le Gouvernement et le Ministère public y sont particulièrement vigilants et sont pleinement mobilisés dans la lutte contre ce fléau. Pour tout cas de danger grave et immédiat, avec nécessité d’une intervention sur place, il convient de contacter les services de première urgence : le 17 est évidemment à la disposition des victimes et doit impérativement être le moyen de contact utilisé en cas d’urgence. Il permet une action rapide de la police ou de la gendarmerie et que tout soit mis en place pour protéger la ou les victimes. Depuis le mercredi 1er avril, et pour au moins toute la période du confinement, ces personnes ont aussi la possibilité de donner l’alerte en toute discrétion via un SMS adressé au 114.

(Extrait Sisteron Journal 3822 – 11/04/2020)


 

SANOFI SISTERON : DES MESURES D’ADAPTATION MAIS POURSUITE DE L’ACTIVITÉ !

Confinée également depuis le milieu du mois de mars, l’usine Sanofi de Sisteron a dû s’adapter dans l’urgence pour gérer sa production et la sécurité de ses salariés. Depuis le début de la crise autour du Coronavirus, Covid-19, l’usine sisteronaise, comme toutes les autres structures industrielles de l’enseigne Sanofi, a pris de nombreuses et essentielles mesures pour l’organisation du travail, tout en maintenant l’activité de la fabrication des principes actifs pharmaceutiques, qui, doit-on le rappeler, soignent des millions de gens dans le monde…, … De façon concrète sur le site de Sisteron, des mesures en lien avec les gestes barrières et la distanciation sociale ont été mises en place.

(Extrait Sisteron Journal 3822 – 11/04/2020)