Vous l’avez certainement croisé, Louis Grases, à l’heure où Sisteron s’éveille,  un énorme trousseau de clés à la ceinture, un seau et un balai dans chaque main, émergeant d’un véhicule d’une société de nettoyage locale. Vous le connaissez certainement mieux sous le surnom de « P’tit Louis », sans vous douter que celui qui vous donne des cours de judo, ou vous séduit par sa musique les jours de marché, a une vie professionnelle bien différente.