Les métiers dits ‘‘de bouche’’ sont des métiers d’honneur, des métiers qui fleurent bon la qualité. Pour les anciens, ils évoquent une époque aux rues grouillantes de monde, des rues aux mamies à chapeaux avec au bras, des cabas d’où dépassaient une baguette de pain, et souvent l’œil étonné d’un poulet vivant acheté au marché. Les gens blaguaient aimablement devant leurs portes. Et, à 19 ans, le jeune Raphaël Martinod, venu tout droit de la Vallée-du-Jabron, l’a décidé, il sera boucher !

Boucher : un beau et vrai métier !

Un métier qui s’apprend, un art de la découpe et du choix de la belle marchandise. Raphaël est apprenti à la boucherie de Jacques Guistini, le fameux Roi du Boudin (et du reste !) de la rue Droite. Un de ces magasins que l’on est heureux de voir dans nos centres-villes.