Ils se retrouvent inlassablement autour de la langue de Frédéric Mistral, ils la parlent, ils la chantent, et leurs yeux brillent en la faisant vivre. Sans bruit superflu, ils préservent et font progresser notre belle langue provençale.  Si ‘‘Lei Gavot de la Ciéutadello’’ ont choisi de n’avoir plus de président depuis 8 mois, c’est une direction collégiale qui veille aujourd’hui à la destinée de cette institution sisteronaise : « Notre association est bien vivante, elle fonctionne, elle avance et poursuit son but premier de proposer un temps et un lieu pour apprendre et parler le provençal en pays sisteronais. » Lors de leur récente assemblée générale, en présence de Léa Payan, déléguée adjointe à la Culture, les Gavots rappelaient qu’en son temps, Henriette Massot-Devèze créa ‘‘l’Escolo de Durènço’’, où l’on apprenait déjà le provençal à Sisteron. Celle qui avait rencontré Frédéric Mistral fut d’ailleurs désignée ‘‘Mestresso d’Obro du Félibrige’’ et porta la Cigale d’Argent.