Le 25 juin dernier, au musée Terre et Temps « Édith Robert » avait lieu l’inauguration de l’exposition « le parcours des Harkis et de leurs familles », sous la bienveillance de Daniel Spagnou, maire, en présence de Yamina Chalabi, présidente d’honneur de l’association des rapatriés, anciens combattants d’Afrique du Nord  (ARACAN), de Brahim Oulguima, président de l’association « Harkis, les oubliés de l’Histoire » et de Christophe Chomel de Jarnieu, directeur de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de Digne.

L’accueil à Sisteron ! Ils sont arrivés dans notre ville après avoir passé parfois plus d’une année dans d’autres centres d’accueil comme Rivesaltes ou St Maurice l’Ardoise. Une trentaine de familles ont été reçues dans quatorze bâtiments de deux logements chacun, édifiés à Sisteron par l’administration des Eaux et Forêts, sur la route de Gap, à proximité du silo et non loin de l’usine Sanofi actuelle. Les hommes travaillaient quotidiennement à l’entretien du domaine forestier du département. Certains resteront plus de dix ans dans le hameau de forestage, avant d’être relogés dans les ensembles de Beaulieu. Les enfants des Harkis furent scolarisés dès leur arrivée dans l’école du quartier de la Bousquette.