C’est en présence d’Éliane Barreille, présidente du Conseil départemental des Alpes de Haute-Provence, qu’a été inaugurée par le maire Daniel Spagnou, l’exposition du musée Terre & Temps Édith Robert, visible jusqu’au 18 septembre et qui regroupe des fossiles dont certains sont uniques en France ! Pour cette exposition, un partenariat avec la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence a été mis en place. Pour rappel, la réserve géologique de Haute-Provence a été créée en 1984, à l’initiative d’une association qui souhaitait protéger et valoriser le patrimoine géologique. Elle est depuis 2014 gérée par le Conseil départemental.

Dans les années 2000 plusieurs points muséaux sont créés par l’association !

C’est le cas du musée Terre & Temps de Sisteron. Et c’est dans ce joyau sisteronais qu’est présentée cette remarquable exposition. Les Alpes de Haute-Provence sont réputées pour leurs richesses en fossiles, et plus particulièrement pour leurs ammonites et reptiles marins. Les gisements et fossiles du territoire de la Réserve, dont Sisteron est l’une des portes d’entrée, d’une exceptionnelle conservation et parfois d’une grande rareté, illustrent les 300 derniers millions d’années de l’histoire de notre Terre. Citons la dalle aux ammonites de Digne, les siréniens de Castellane, les ichtyosaures de la Robine ou de Prads… En 2015, sur un nouveau site paléontologique situé sur la commune de Tartonne (Sud-est de Digne) ont été découverts de très nombreuses ammonites et le squelette d’un plésiosaure, l’un des plus complets retrouvés au monde ! Ces restes ont été fossilisés dans d’anciens sédiments appelés la « formation des marnes bleues », qui se sont déposés sur près de 20 millions d’années au cours du Crétacé.

Des reptiles marins disparus ! Les plésiosaures étaient des reptiles qui vivaient dans les mers et les océans. Les plus anciens datent de 200 millions d’années, et ils n’ont plus aucun représentant dans la nature actuelle. Ils ont disparu voilà 66 millions d’années. Celui du site de Tartonne est âgé d’une centaine de millions d’années. Seule une partie de la colonne vertébrale a été moulée par les paléontologues, et c’est un morceau de la queue de l’animal, dont la longueur complète est estimée à 4m, qui est exposée au musée. Cette très belle exposition permet de découvrir différents spécimens, accompagnés de panneaux explicatifs et d’une restitution graphique du plésiosaure.