Comme chaque année, la Ville de Sisteron rendait, en ce lundi 15 août, un vibrant hommage en la mémoire des victimes du bombardement de notre cité le 15 août 1944 par les forces alliées ! Cependant, cette année l’émotion semblait plus vive encore que les années précédentes et pour cause, notre très chère et regrettée Édith Robert, petite-fille du Dr Raoul Robert, tombé sur la route de Bevons, n’était pas parmi nous, et son absence laissait apparaître un bien grand vide souligné par Jean-Pierre Templier, premier adjoint de Sisteron. Souvenons-nous que le Dr Robert, l’infirmière Madeleine Niel et Désiré Durbesson, trouvaient la mort à bord d’une ambulance alors qu’ils portaient secours : « Le mitraillage de la voiture du Dr Robert à Bevons était effectué par deux avions de chasse américains, des P47 Thunderbolt basés à Solenzare. J’ai assisté au drame depuis ma ferme de Chantemerle, j’avais 16 ans » nous a confié dernièrement par écrit l’un de nos fidèles abonnés… Ensuite, la délégation composée des membres de nos associations patriotiques et leurs drapeaux, des autorités civiles et militaires, devait se rendre au Carré militaire de Sisteron. Sous la bienveillance de Jean-Pierre Boy, la cérémonie se poursuivait par un discours poignant de Jean-Pierre Templier, retraçant l’événement qui devait rendre notre ville à jamais martyre : « 72 bombardiers exécutent la sale besogne, laissant derrière eux, mort, douleur et désolation… Ces 30 minutes ont semblé une éternité… Pas moins de 92 bombes ont été lâchées… On dénombre 141 morts dont 32 enfants, auxquels viennent s’ajouter 120 blessés… »