Lundi dernier, le 29 août en fin d’après-midi, Daniel Spagnou, maire de Sisteron, président de la Communauté de Communes du Sisteronais-Buëch et président de l’association départementale des Maires de France, recevait la visite de Marc Chappuis qui, depuis le 23 août dernier, est le nouveau préfet des Alpes de Haute-Provence. Marc Chapuis succède à Violaine Démaret, devenue préfète de Vaucluse et à qui nous souhaitons pleine réussite dans ses nouvelles fonctions.

Âgé de 52 ans, Marc Chappuis était, depuis 2017, directeur adjoint du cabinet du Ministre de la Cohésion des Territoires, mais il connaît la préfectorale puisqu’il a déjà été sous-préfet de Rambouillet, ainsi que directeur de cabinet de préfet de Région.

Lors de sa visite, il était accompagné de Natalie William, sous-préfète de Forcalquier.

La visite débutait par un long entretien !

Daniel Spagnou et les représentants de l’État se sont longuement entretenus à l’Hôtel de Ville. Le maire devait nous préciser : « Je suis très heureux et flatté de recevoir notre nouveau préfet. Je le reçois en tant que maire de Sisteron, mais je vais aussi lui parler en ma qualité de président des maires du département. En effet, les collectivités sont particulièrement inquiètes pour leurs finances car tout a beaucoup augmenté, comme les carburants, l’électricité, le gaz… Les budgets ont été réalisés en début d’année, sans avoir pu prévoir ces augmentations. D’autre part, il manque de l’eau partout et les agriculteurs en sont les premières victimes. Si aucune aide n’est prévue pour les conséquences de la canicule, il faudra que l’État nous aide indirectement car cela a des répercussions sur nos budgets. Mais nous avons toujours eu des relations privilégiées entre l’association des maires et les préfets respectifs, et je sais que nous travaillerons dans un esprit de dialogue et de concertation permanente. »

Deux heures dans le centre-ville !

Ensuite, Daniel Spagnou, le préfet, la sous-préfète et Pierre Bouvier, responsable bâtiments de la ville de Sisteron, ont fait un large tour de Sisteron, accompagnés de Grégoire Lafay, commandant la brigade de gendarmerie de Sisteron, Delphine Delanoy, commandant en second la compagnie de gendarmerie de Digne-les-Bains, ainsi que des membres de la police municipale de Sisteron. La visite a débuté par les installations sportives des Marres et le plan d’eau, où les édiles ont pris le temps de dialoguer avec de jeunes Sisteronais. Puis toute la délégation est montée en centre-ville à pied, admirant les Andrones et les travaux de la rue du Glissoir, ainsi que la future résidence étudiante de la rue Mercerie. Un tour très apprécié au musée Gallo-Romain et à l’Espace d’Ornano a précédé une pause dégustation de glaces, qui a permis au préfet de découvrir la délicieuse glace à la lavande offerte par une commerçante de la rue Saunerie (mais tout le monde a eu sa glace !) S’en suivait une halte au Tivoli pour parler des projets d’aménagement, au Jardin des Vestiges, puis au Centre de Secours, à la Gendarmerie et enfin à la future nouvelle Maison de Santé.

Sacrée balade mais belles découvertes pour le nouveau Préfet !

« Quand on voit tous ces commerces, ces immeubles rénovés, on est loin de s’attendre à autant de choses dans une ville de cette taille là ! Sisteron a bénéficié d’une réhabilitation exceptionnelle de son centre-ville, fruit de plus de 20 ans d’efforts. C’est très impressionnant ! L’État accompagne la revitalisation des cœurs de villes à travers des programmes comme ‘‘Petite ville de demain’’. » À l’issue de sa visite, et après plus de deux heures passées à arpenter les rues de Sisteron et à rencontrer des habitants surpris de le croiser, le préfet s’est dit enchanté, notamment de la dynamique commerciale et municipale : « On ne sait pas où donner de la tête tant il y a de projets ! » Toute l’équipe du Sisteron Journal souhaite à Marc Chapuis, notre nouveau préfet, pleine réussite dans sa nouvelle mission, et d’affirmer qu’il est le bienvenu dans notre département ainsi que dans notre ville.

Couple maire-préfet !

Le préfet a mis l’accent sur le couple maire-préfet qui est plus que jamais à l’ordre du jour : « C’est une chose absolument essentielle sur laquelle notre République fonctionne. On le voit toute la journée, et c’est cela que nous devons arriver à enrichir et à faire vivre pour faire aboutir, ensemble, les projets. L’État doit être aux côté des maires, les accompagner et leur donner les moyens d’agir. Nous devons aussi être dans une posture de facilitateur vu les réglementations. Et nous raisonnerons toujours dans un sens favorable à la commune. Ensemble, nous devons sortir des projets, et par cette alliance, on peut développer les territoires. Ça marche ! »