C’est à l’école Édouard De Laplane, dite aussi école du Thor, que le tout nouveau directeur académique des Alpes de Haute-Provence, Mickaël Cabbeke, qui succède au regretté Frédéric Gilardot (décédé lors d’un accident d’avion le 21 mai dernier) a réservé l’une de ses premières visites dans le département. Mickaël Cabbeke, âgé de 43 ans, arrive de Nice où il était directeur académique adjoint des Alpes Maritimes. Accompagné de Pierre Buysschaert, Inspecteur de l’Éducation Nationale de la circonscription de Sisteron, il était reçu par Daniel Spagnou et Cécilia Louvion, son adjointe déléguée aux Affaires scolaires : « J’apprécie beaucoup le geste de monsieur le directeur d’académie de venir à Sisteron pour une de ses premières visites. Il a un rôle très important, surtout au moment où on va devoir refaire la carte scolaire. » En effet, dans nos territoires ruraux, on ne peut pas être traités comme si l’on était dans une grande ville expliquait Daniel Spagnou.

57 enfants à la maternelle et 134 écoliers en élémentaire !

Après avoir découvert les travaux de construction du parking, et les prémices du futur réfectoire scolaire, sous les explications de Jean-Charles Minetto, directeur des Services techniques, la délégation est entrée dans locaux où se trouvent la maternelle et l’école élémentaire. Cette année, 57 frimousses sont inscrites à la maternelle, et 134 jeunes élèves ont fait leur rentrée à l’école élémentaire. Nous avons pu constater le dynamisme et la gentillesse des équipes pédagogiques de la maternelle et de l’école, ce qu’a également remarqué Mickaël Cabbeke : « Je suis très heureux de faire cette rentrée dans le département, et je tiens tout d’abord à rendre hommage à mon collègue disparu, à son travail, et à son équipe qui a assuré la continuité des services. Je viens à la rencontre des équipes pédagogiques, des élus et des élèves, et je constate le fort engagement de tous, ici et dans le département. Il y a une vraie dynamique et un travail étroit entre élus, les familles, et le personnel enseignant. »

Pas touche au prix de la cantine pour 2022 ! De son côté, Daniel Spagnou notait une rentrée sereine, avec du personnel enseignant au complet dans les sept groupes scolaires de la ville. Il soufflait un mot sur le prix des cantines qui reste stable : « Alors qu’il aurait fallu augmenter de 30% ! C’est la hausse des prix des denrées, de l’électricité, etc. Nous ne l’avons pas fait pour cette année, je ne l’ai pas voulu, nous verrons ce qu’il y aura à décider au moment de travailler sur le prochain budget. N’oublions pas que le prix de la cantine, c’est du social. Si on augmente de 30%, des enfants ne pourront plus venir. Il vaut mieux serrer les boulons ailleurs. » Un geste très appréciable de la municipalité que les familles sisteronaises n’oublieront certainement pas de saluer.