juillet, 2022

now browsing by month

 

EXTRAORDINAIRE JARDIN AUX PAPILLONS À SISTERON

« C’est un jardin extraordinaire… Loin des noirs buildings, des passages cloutés ». Mais à la différence de la chanson de Charles Trenet, il n’y a pas ici de canards qui parlent anglais, non, seulement des papillons silencieux, discrets, qui trouvent en ce lieu un havre de paix, et de quoi se nourrir !

Ce jardin est un peu confidentiel !

En réalité, il ne se visite pas… Situé à l’arrière de la maison de Patrice Schaffhauser, difficilement accessible, à l’origine c’était une zone d’éboulis, de gravats, sous le flanc sud du Molard.

Il aura fallu pas moins de quatre années de travail, environ 90 jours à temps plein, pour créer des espaces végétaux adaptés à la configuration du terrain.

Son projet ? Créer un jardin aux papillons en s’inspirant de celui existant à Digne. Patrice Schaffhauser n’a pas de formation scientifique, mais cet ancien animateur socio-culturel, puis travailleur social à la mairie de Paris, est depuis une quarantaine d’années impliqué dans des actions de défense de la nature telles que des chantiers Nature.

Un rêve qui se concrétise !

Une fois (en partie) déblayé son terrain, et aménagé en fonction de plans construits au fur et à mesure de ses travaux,  Patrice Schaffhauser s’est appuyé essentiellement sur la végétation locale existante pour attirer ses papillons. Ces insectes sont assez menacés et supportent très mal les pesticides et la destruction de leurs milieux. Il fallait au maximum préserver l’existant, dont les grandes scabieuses, plantes herbacées assez hautes et très mellifères (qui attirent les insectes butineurs). Il a également planté d’autres plantes mellifères : de l’hysope, de la valériane, de la verveine de Buenos Aires, ainsi qu’une une autre variété de scabieuse, de la lavande, de l’hélichryse, trois plants d’arbre à papillon de l’Himalaya (Buddleia) et quelques plantes ornementales.

Il récolte les fruits de son travail ! Tout au moins, au sens figuré. Car sa plus grande satisfaction, c’est de pouvoir observer et photographier les 17 espèces différentes de papillons, toutes espèces de passage dans son havre préservé : « Toute la nature est merveilleuse, et les choses les plus banales sont intéressantes. » Une belle philosophie de vie, et de respect du vivant, même celui qui paraît le plus insignifiant.

BIKE CORNER : ROULEZ TRANQUILLE !

Adrien Roquebrun, jeune homme de 25 ans, a repris en janvier 2019 le magasin anciennement nommé  ‘‘Vo2 Cycles’’, situé au 18, avenue de la Libération à Sisteron. Après des travaux de rénovation, il ouvrait en mars de la même année sous le nom de ‘‘Bike Corner’’. Ce petit commerce d’apparence feutrée de l’extérieur, est une véritable mine d’or à l’intérieur !

Adrien Roquebrun a laissé tomber ses études pour se consacrer pleinement à cette aventure. Il a travaillé seul dans son local durant une année, l’affaire va plutôt bien, c’est pourquoi il s’est associé à Davy en avril 2020. Depuis 6 mois, le jeune Maël est venu compléter ce binôme en tant qu’apprenti, une belle équipe dynamique, passionnée, qui accueille les amoureux du cycle de plus en plus nombreux dans la bonne humeur et avec grand professionnalisme.

Quels sont les services proposés ?

Bike Corner est un magasin de passionnés de vélos, on y trouve donc tout ce qui est en rapport avec le cyclisme, tout ce dont les pratiquants ont besoin : des équipements (casques, tenues, gants, protections…), divers accessoires, du matériel, mais aussi de la nutrition sportive, et surtout des vélos neufs ou d’occasion pour la route, pour la montagne, et des bicyclettes électriques et pour toutes les bourses.

Bien sûr, le magasin assure toutes les réparations. Notre triptyque est très réactif, il fait toujours au mieux pour répondre aux différentes sollicitations et s’assure que les clients soient livrés rapidement. Par ailleurs, Adrien, Davy et Maël viennent en aide aux voyageurs qui se déplacent à bicyclette. Notons que Bike Corner a participé dernièrement à l’organisation d’une randonnée VTT dans les Alpes de Haute-Provence.

Le magasin est ouvert du lundi au samedi de 9h à 12h30 et de 15h à 18h, voire 19h en période estivale.

Tél. : 06 45 45 40 69 Mailto : bikecornersisteron@gmail.com

RUGBY CO SISTERON : LE CLUB EST EN PLEINE RECONSTRUCTION !

C’est à la maison du rugby, située au stade de la Chaumiane, que s’est déroulée l’assemblée générale du Club Olympique Sisteronais, en présence d’Élodie Jourdan, déléguée adjointe aux Sports, et d’une quarantaine de membres du club : éducateurs, entraîneurs, joueurs, bénévoles, dirigeants.

Bilan de la saison 2021-2022

Cette 57e assemblée fut ouverte par le président Jean-Baptiste Bernier, avec à ses côtés Valentin Fortier, représentant des éducateurs et entraîneurs. La séance débutait par le rapport moral et sportif de la saison écoulée. Le bilan financier sera établi début septembre sur une plus petite assemblée : « Ce fût vraiment une année particulière, la coupure liée au Covid a fait beaucoup de mal au club. Diminution du nombre de licenciés, départs de plusieurs bénévoles, mais aussi d’éducateurs qu’il a fallu renouveler. Il y a un gros travail de reconstruction, mais ce club possède une âme, un cœur, des passionnés, des partenaires et une école municipale de rugby de grande qualité, grâce notamment à l’investissement des éducateurs et au travail mis en place. » Toute la ‘‘famille’’ du Club Olympique Sisteronais souhaite retrouver le COS de l’âge d’or, et cette saison 2022-23 sera visiblement celle du renouveau et de la restructuration : « Nous avons une base forte et saine, et deux événements fédérateurs à venir en 2023 en France et chez nous : la coupe du Monde et la coupe du Monde de rugby amateur. »

Ils ont été mis à l’honneur !

Grâce au travail et à l’investissement des éducateurs, l’école municipale de Rugby a obtenu la labellisation 2 étoiles. La section des minimes UNSS du collège Paul Arène, a terminé 8e du championnat de France à Romans-sur-Isère. Les équipes cadets et juniors du RAS Alpes-du-Sud se sont hissées en demi-finale des championnats régionaux : assiduité, écoute, solidarité et passion sont les atouts de nos jeunes selon leurs éducateurs.

Concernant l’équipe seniors, le président Bernier se veut confiant : « Entraînés par Jérôme et Loïc Chabal, qui vient de terminer sa formation, je suis sûr que les valeureux qui composent notre XV seront toujours bien présentes. Les joueurs prouvent déjà leur investissement depuis le début du mois de juillet avec pas moins de trois entraînements par semaine qu’ils suivent avec assiduité. »

Le Conseil d’administration ! Le bilan sportif, le bilan moral et le budget prévisionnel ont été approuvés. Ensuite, le Conseil d’administration a été reconstitué. Si certains membres ont souhaité prendre un peu de recul, d’autres se sont manifestés afin d’intégrer le CA. Le bureau a été constitué le mercredi 27 juillet dernier, Jean-Baptiste Bernier étant déterminé à poursuivre la mission de reconstruction qui lui a été confiée l’année dernière, a été sans surprise confirmé à la présidence du club.

OFFICE DE TOURISME : EN MODE DÉAMBULATOIRE !

Interpellée dans la rue Droite par une touriste qui lui demandait comment se rendre à la Citadelle, Prune répond avec gentillesse et un grand sourire, lui tend même un plan de Sisteron qu’elle extirpe de sa besace. Elle ne passe pas inaperçue, Prune, l’oriflamme de l’Office de Tourisme Intercommunal accroché à son sac à dos et bien visible de loin !

C’est sa première mission !

Nicolas Laugier, vice-président de l’Office de Tourisme, explique le choix, depuis cette année, avec l’accord du Conseil d’administration, de faire un accueil touristique ‘‘hors les murs’’ et d’aller à la rencontre des visiteurs sur les événements importants et incontournables du territoire. C’est ainsi que Prune et l’une de ses collègues ont été missionnées sur ce projet de point d’information mobile, afin d’être au maximum au service des adhérents et des visiteurs. Il s’agit d’aller chercher, et bien sûr de renseigner le touriste, sur ses différents lieux de vacances, tels que les gorges de la Méouge, les plans d’eau de Sisteron et du Riou, tous les événements festifs de cet été : rues en fête, passage du fort, foire aux dindes de Lagrand, voire à certains moments les marchés de Valernes et de Laragne.

La première mission en mode déambulatoire a été réalisée lors des journées napoléoniennes ! Cette jeune conseillère de l’Office du Tourisme a une bonne connaissance du territoire, et peut répondre à nombre de questions pratiques, bénéficiant également de l’expérience de ses collègues. Le visiteur peut aussi être précisément renseigné en « flashant » les QRCodes d’un document présenté par Prune, aux rubriques : restaurants, hébergements, animations, etc. cette démarche originale est déjà couronnée de succès, puisque plus de 40 personnes se sont adressées à Prune lors de sa première journée « déambulatoire » ! Une très belle initiative de l’ensemble du personnel de l’Office de Tourisme Intercommunal, et de sa directrice Chantal Martin.

ASSOCIATION LUDONIRIQUE

C’est par une belle matinée estivale, au plan d’eau des Marres de Sisteron, que nous avons rencontré Gwenaëlle et Nicolas, les deux fondateurs de l’association Ludonirique. Créée en 2014 à l’initiative de Gwenaëlle et de quelques amies sur Nice, l’idée était de mettre en place une ludothèque associative afin de créer du lien à travers le jeu, mais aussi d’organiser des soirées sur les jeux de société et des animations autour du jeu et de sa pédagogie : « C’étaient au départ des soirées destinées aux adultes et adolescents qui ont très bien fonctionné pendant plusieurs années. Puis la vie de chacune a pris des chemins différents : changement de projets professionnels, naissances, etc. La crise sanitaire a également été un frein à cette activité. : « Nicolas et moi avons déménagé à Sisteron où nous poursuivons l’aventure Ludonirique. »

Ludonirique à Sisteron !

Voilà donc Gwenaëlle et Nicolas, accompagnés de leur petit Johan, installés dans notre cité. Pas évident pour eux de se faire connaître et de pouvoir organiser des soirées, surtout durant la période Covid. Mais ils sont motivés et possèdent plus d’un tour dans leur sac pour faire vivre l’association. Après différentes recherches sur les besoins des Sisteronaises et des Sisteronais, ils ont créé un café-poussette afin de tisser du lien social, de partager un moment convivial, d’échanger sur la parentalité, de se détendre dans un cadre adapté pour les parents ainsi que les enfants.

C’est donc à l’établissement EnCatimimi, chez Cathy et Mireille, à l’automne et en hiver, que ceux qui le souhaitent, se retrouvent avec leurs bambins pour boire un chocolat, déguster quelques gourmandises et papoter pendant que les chérubins jouent entre eux grâce à des jeux mis à disposition par la Turboludo de Peipin.

Durant l’été, le café-poussette s’organise tout les vendredis matins au Parc Massot-Devèze de 9h à 11h, et tout le monde est le bienvenu.

Tél. : 06 80 66 45 33 Mailto : ludonirique@gmail.com

APACS : LES RUES DE SISTERON ÉTAIENT EN FÊTE MERCREDI !

Chaque année durant la période estivale, l’association des commerçants de Sisteron (APACS) organise de nombreuses manifestations qui visent à dynamiser le centre-ville. Parmi les moments les plus prisés nous pouvons noter les deux soirées Rues en fête qui s’accompagnent d’un marché nocturne, et dont le premier rendez-vous s’est déroulé mercredi.

Ce jour-là, un programme varié et alléchant avait été concocté par les membres du Conseil d’administration de l’APACS, sous la dynamique mobilité du président Nicolas Laugier et de son animatrice Gaëlle, qui ne ménagent pas leurs efforts pour que les événements mis en forme par l’association se déroulent dans les meilleures conditions. Par ailleurs, la météo particulièrement harassante de ces dernières semaines, semblait cette fois bien plus agréable, ce qui invitait les visiteurs à se rendre en ville en très grand nombre pour profiter des nombreuses activités proposées de 20h jusqu’à minuit. Si plusieurs déambulations musicales étaient assurées par Les Platt-Band, Les Batucada et les Condors, nombre de gens se faisaient surprendre par la hauteur des échassiers de Maquarella, et d’autres semblaient totalement enchantés par le manège à pédales initié par Au Faubourg des Mers.

Des spectacles somptueux ! Les visiteurs suivaient les déambulations dans les rues du centre-ville, mais ils pouvaient aussi profiter de concerts fixes notamment les Rhumatin’s qui se sont produits sur la placette des Arcades, Poulpre Noire sur la rue de Provence pour les amoureux de Gospel, ou encore Menthe Poivrée dans la rue Saunerie, ou encore les Springs sur la place Paul Arène. Cette année, des ventriloques étaient aussi au menu de cette belle première soirée Rues en fête, Ciboulette et Oscar ont particulièrement émerveillé les enfants dans rue Droite haute, et le Cirque Indigo devait se produire sur la place du Dr Robert pour un spectacle d’acrobatie juste lumineux ! Ce fut une soirée réussie avec de nombreux commerces ouverts et des visiteurs particulièrement satisfaits.

LA REINE FADILA FAROUK D’ÉGYPTE ÉTAIT EN VISITE À SISTERON !

C’est devenu pour elle un rendez-vous incontournable, la reine Fadila d’Égypte se fait un plaisir, chaque année, de se rendre dans notre cité à l’occasion des Nuits de la Citadelle : « C’est l’un des moments les plus importants de l’année pour moi. J’aime cette ville et l’accueil des Sisteronais. » Cette année la reine était accompagnée de son fils, le prince Fakhr Eddin. Ils ont été accueillis par le maire Daniel Spagnou à l’occasion de la soirée d’ouverture de la 67e édition du festival des Nuits de la Citadelle. La reine d’Égypte, toujours souriante, séjournait à l’hôtel du Tivoli où les petits plats avaient été mis dans les grands : « C’est chaque année un grand plaisir de l’accueillir chez nous » devait affirmer Daniel Spagnou.

ÉNORME SUCCÈS POUR L’OUVERTURE DES NUITS DE LA CITADELLE 2022

C’est le vendredi 22 juillet, au Cloître Saint-Dominique, que s’est tenue la soirée d’ouverture de la 67e édition des Nuits de la Citadelle. Nous pouvions noter la présence de nombreuses personnalités, dont le maire de Sisteron Daniel Spagnou, la reine Fadila d’Égypte accompagnée de son fils le prince Fakhr Eddin, le Cardinal Jean-Pierre Ricard, mais aussi la préfète des Alpes de Haute-Provence, Violaine Démaret et son époux, la préfète des Hautes-Alpes, Martine Clavel accompagnée également de son époux, la sous-préfète de Forcalquier Natalie William, le sous-préfet de Barcelonnette Denis Revel, et le journaliste, présentateur, biographe et écrivain Franz-Olivier Giesbert.

C’est donc dans ce petit paradis à ciel ouvert, dominé par son superbe clocher, que pas moins de 150 mélomanes se sont laissés emporter au son des musiques et chants espagnols et de la région Sud-américaine des 16e et 17e siècles.

Un somptueux programme

Pour cette première soirée de festivités, la foule a profité d’un magnifique programme, avec Carminati Latina, l’ensemble Cappella Mediterranea et le Chœur de chambre de Namur, références absolues dans le monde baroque,  dirigés par Léonardo Garcia Alarcon, reconnu notamment meilleur chef d’orchestre au palmarès 2019 de Forum opéra, avec les voix exceptionnelles des solistes Mariana Flores (soprano), du contre-ténor Leandro Marziotto, du ténor Francisco Fernandez-Rueda et la basse Matteo Bellotto. Le public a été conquis par la divinité des interprétations, mais aussi par les jeux d’acteurs espiègles de nos prodiges, qui ont reçu de véritables ovations. Une soirée des plus réussies !

LES ARTISTES DE SIST’ARTS ONT UNE FOIS ENCORE DÉVOILÉ LEUR TALENT

La 7e rencontre d’artistes de Sisteron s’est déroulée durant ce mois de juillet, à l’initiative du collectif d’artistes de l’association Sist’Arts. Cette manifestation, qui fait partie traditionnellement de tous les événements de Sisteron, a failli être annulée ! Ce n’est qu’au dernier moment que les artistes ont eu l’autorisation d’exposer leurs œuvres, rue et place de l’Horloge. Et ce fut un vrai régal visuel pour les visiteurs, qui déambulaient au milieu de 150 champignons multicolores implantés sur la chaussée. Ce n’est pourtant pas la saison des bolets, leur présence est due à l’imagination débordante, et originale de Christophe Ponsart, le sympathique tapissier de la rue Droite, et membre très actif de Sist’Arts. Christophe avait déjà implanté sa champignonnière sur la rue du Jalet en mai dernier, à l’occasion des journées du fait-main de l’APACS. L’espace plus aéré et fréquenté de la rue de l’Horloge lui a permis d’éparpiller sa récolte, laissant libre cours à son imagination… La fabrication de ces mycètes en skaï et de mousse a nécessité pour chacun plus d’une heure et demie de travail.

17 artistes étaient présents ! Peintures, céramiques, sculptures, travaux au crochet ont ravi les visiteurs qui déambulaient autour de la fontaine. La chaleur étouffante de cette journée n’a pas empêché un public curieux de se déplacer, les artistes ont même eu droit à la visite d’un car de Chinois, ravis de cette animation. L’ambiance sereine et détendue était enjolivée par la guitare du luthier Jean-Michel Di Scala, accompagné par un clarinettiste. Plus que jamais, grâce à nos artistes, Sisteron peut s’enorgueillir de son label « Ville et Métiers d’Art ».

UN FILM QUI FERA DATE !

Samedi 16 juillet, la première des deux journées napoléoniennes organisées à Sisteron par l’association Petites & Grandes Histoires SisteronNaises et l’APACS, se terminait en apothéose par la projection du film « Napoléon, d’une rive à l’autre ». Ce sont 700 spectateurs qui ont patiemment attendu, place de l’Horloge face à un écran géant, que tombe la nuit afin de visualiser ce film, conçu et réalisé par les bénévoles de P&GHS, de façon remarquable, voire professionnelle. D’une durée de 57 mn, ce film-documentaire a nécessité des heures de patientes recherches historiques, de tournage, de repérages tout au long de « la route Napoléon », de mobilisation de figurants, de montage final. Une réalisation dont sont fiers, à juste titre, tous les membres de l’association, un point de repère pour les générations futures, libre de droits. Marine Jacquemin, grand reporter de guerre, et marraine de l’événement, recevait des mains de Daniel Spagnou, maire, la Médaille Or de la ville de Sisteron, en reconnaissance de toutes les actions humanitaires qu’elle a réalisées, dont la construction d’un hôpital pour enfants à Kaboul. Tous les membres de l’association, montés sur scène, ont été acclamés par le public, conquis par la qualité irréprochable de ce film.

SUD-EST MÉDICAL : DÉCIDÉMENT UNE BELLE ENTREPRISE !

Idéalement situé à l’entrée Sud de Sisteron, Sud-Est Médical est aujourd’hui connu comme le loup blanc à Sisteron, et bien au-delà. Il y a 6 ans que Laurent Saroli gère l’entreprise, et depuis, il n’a de cesse de conforter la réputation de savoir-faire de cette société créée en 1993, et qui fêtera donc ses 30 ans l’année prochaine. Soyons chauvins, ce jeune quadragénaire (41 ans) a un énorme atout dans sa poche, il est Sisteronais ! Et il a raison de sourire en nous montrant le trophée de la bienveillance 2021, remis à six entreprises du département, décerné par l’Union des Entreprises des Alpes de Haute-Provence (UDE04).

Spécialisée dans le maintien à domicile !

Conseil, vente et location de matériel médical, Sud-Est Médical compte huit collaborateurs qui font bien plus que de la simple vente de matériel : « Nous faisons totalement partie du tissus local et apportons un vrai service. J’aime ça. Nous sommes une activité de service, nous passons beaucoup de temps à comprendre, expliquer aux gens, et si nous sommes rémunérés par la vente de matériel, nous passerons le temps qu’il faut pour expliquer et parler d’un produit. » Ici, on parle, on prend le temps, on vend, on installe tout le matériel médical, orthopédique, semelles, attelles, orthèses sur mesure, bas de contention, prothèses mammaires, produits pour diabétiques, installation et entretien de défibrillateurs etc. Et depuis quelques temps, Laurent Saroli a pris les rênes de Planet Médical à Digne-les-Bains, qui propose les mêmes services.

Ici, c’est service compris !

« Mes collaboratrices et collaborateurs sont tous spécialisés. Il y a Sébastien (orthopédiste), Corinne la responsable administrative, Sébastien le technicien handicap, Christelle qui coordonne le magasin, Olivier le coordinateur logistique, Alexandre le technicien installateur, et Cécile qui est vendeuse au magasin. »  C’est une équipe, une vraie et ça se voit : « Nous travaillons en coordination avec des médecins, des infirmières, mais pour le maintien à domicile il y a aussi un travail avec les assistantes sociales, les Siad, le Clic, les centres de rééducation, etc. Nous sommes dans un environnement médical. » Ici on vend, certes, mais le service est compris ! Lorsque nous avons rencontré Laurent Saroli, il rentrait du fin fond de la vallée du Jabron : « Nous rayonnons sur le 04 et le 05, il y a un accompagnement, un service de proximité très important dans nos milieux ruraux. »  Et Sud-Est Médical est de plus en plus impliqué dans des démarches caritatives, comme lors de sorties en Goélettes pour des personnes handicapées, l’opération Octobre Rose, visant à inciter au dépistage du cancer du sein, etc. Oui, une bien belle entreprise à laquelle le mot ‘‘valeur’’ n’est pas étranger.

BOURSE AUX ANTIQUITÉS MILITAIRES : INCONTOURNABLE !

Durance ce mois de juillet, l’association pour la sauvegarde de la batterie de Viraysse, sous la présidence de François Lazzarotto, a organisé sa 40e bourse aux antiquités militaires au complexe des Marres, avec la participation du 4e régiment Chasseur de Gap. L’objectif est de récolter des fonds pour la restauration du fort. Ce rendez–vous est toujours très attendu, tant par les exposants, présents depuis de très nombreuses années pour certains d’entre eux, que par les visiteurs assidus. Le maire, Daniel Spagnou, n’a pas manqué de venir saluer les organisateurs et visiter la trentaine d’exposants. Notons qu’un châtelain venu d’Italie, grand collectionneur et ami du président Lazzarotto, était présent cette année afin d’exposer une petite partie de ses trésors. Ce fut une bien belle journée à laquelle François Lazzarotto tenait à associer l’ensemble des bénévoles, toujours fidèles et dévoués, mais aussi Isabelle Peverelly, gardienne du complexe, le Conseil municipal et ses services municipaux.

9e PROMOTION ESABAC ITALIEN !

Beaucoup d’émotion à la remise des diplômes et satisfécits de la 9e promotion Esabac Italien du lycée en présence de Mme Ghesquier, proviseure, des terminales Esabac, de leurs enseignants messieurs Biancarelli et Lagrost, des familles, ainsi que d’anciens élèves de promos antérieures venus encourager et féliciter leurs cadets. Une fois encore les élèves Esabac Italien se distinguent avec, cette année, un taux de réussite de 93% ! Cette promotion au nom prometteur de ‘‘Va’dove ti porta il cuore’’ a de nouveau fait honneur à l’établissement, et nous souhaitons à ces élèves de mettre en exergue leur adage.

VÉRITABLE DEVOIR DE MÉMOIRE DES ANCIENS POMPIERS

Elles tournent en boucles sur nos écrans télévisés, ces images terribles des incendies qui ravagent la Gironde, l’Espagne, le Portugal. Elles nous montrent les moyens gigantesques mis en œuvre, le courage et l’abnégation de ces hommes qui ont choisi d’être au service des autres, les sapeurs pompiers. Eux sont à la retraite, et ils se sont consacrés à faire vivre, et perdurer dans nos mémoires, les moyens dont ils disposaient voici quelques décennies : « Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient ! » C’est par ces mots que Michel Hysoulet introduisait l’un de ses discours. Capitaine honoraire des anciens sapeurs-pompiers de Sisteron, et président des sapeurs pompiers retraités des Alpes de Haute-Provence, il est l’un des concepteurs, avec d’autres collègues passionnés, d’une formidable aventure de conservation de la mémoire du corps des sapeurs-pompiers.

Et pourquoi pas un musée ?

C’est à partir de 2013 qu’il leur est apparu nécessaire de valoriser, recenser, réparer, remettre en ordre de marche, véhicules et matériels récupérés. Les trois poids lourds, dont le Ford FIN de 1948, la Land Rover 4X4, unique exemplaire en France, paradent lors de manifestations (récemment le défilé du 14 juillet). C’est la récompense d’un travail régulier dans l’atelier, mis à leur disposition par la mairie de Sisteron, quartier des Plantiers, et dont ces anciens sont très fiers. Si les locaux actuels ne permettent pas la mise en valeur au public de tout ce patrimoine accumulé, l’idée de création d’un musée, à dimension départementale, a germé, avec des pistes sérieuses de réalisation.

Quelques inquiétudes pour l’avenir

Dans le projet d’extension du quartier des Plantiers, avec la construction en particulier d’une nouvelle gendarmerie, l’inquiétude est grande que la mairie ne récupère son terrain, à plus ou moins long terme. Des solutions, qui demandent l’aval de la mairie, sont envisagées afin que ce patrimoine exceptionnel ne disparaisse pas. Véhicules, uniformes, pompes à bras, matériel de désincarcération de Joseph Gallego, casques, bottes et autres curiosités (lampe qui fonctionne avec un moteur thermique, détecteurs pour la radiologie, vieil instrument (de torture…) pour la réanimation des personnes en arrêt respiratoire) peuvent être visibles en contactant Michel Hysoulet (06 07 58 75 74) ou Jean Lorenz (06 13 66 20 33), ou par l’intermédiaire de l’Office du Tourisme de Sisteron. Le travail de mémoire et de conservation réalisé par les anciens pompiers de Sisteron est remarquable, et exemplaire et mérite d’être valorisé.

INAUGURATION ARTISTIQUE ET LITTÉRAIRE !

Dans le cadre du projet ‘‘vivre et partager des expériences et des rencontres autour du livre et des lectures’’, les enfants de l’école maternelle Jean Andrieu, sous la houlette de leurs enseignants Carole Latil, Sabrina Rombault, Johann Brilleau et Sarah Bénaïssa, ont réalisé une magnifique peinture murale, ainsi que le décor de deux boîtes à livres, qui ont été inaugurées dernièrement en présence du maire Daniel Spagnou, de Pierre Buysschaert, Inspecteur de l’Éducation Nationale, de Cécilia Louvion, adjointe aux Affaires scolaires, et tous les partenaires du projet.

TRADITIONNELLE CÉRÉMONIE DU 14 JUILLET DE NOS SAPEURS-POMPIERS

Pas de feu d’artifice cette année à Sisteron du fait d’un arrêté préfectoral visant à éviter tout risque d’incendie. Néanmoins, les Sisteronais ont pu manifester leur grand respect à leurs soldats du feu qui sont dévoués corps et âmes à la sauvegarde de leurs prochains. Le traditionnel défilé des sapeurs-pompiers de Sisteron débutait en fin d’après-midi, ce 14 juillet, par les vieux véhicules entretenus avec amour par nos anciens pompiers aujourd’hui retraités (voir article page 6). Suivaient les différents véhicules actuels, bien utiles pour se rendre sur les feux de forêts, les accidents de la route ou sur les eaux, mais aussi afin de sauver les citoyens en détresse.

Nombre de gens étaient présents le long du parcours emprunté par nos sapeurs-pompiers en centre-ville. Ils étaient par ailleurs acclamés sur leur passage, preuve de l’attachement que portent les Sisteronais à leurs Centre de Secours. La parade se concluait par le passage de plusieurs voitures anciennes par l’association ‘‘Libération des Alpes 44’’.

Des récipiendaires très justement récompensés !

Comme chaque année, cette journée du 14 juillet est également l’occasion, pour le Centre de Secours et d’Incendie de Sisteron de mettre en valeur plusieurs de ses membres méritants. Aussi, nombre d’entre eux se sont vus récompensés d’une médaille remise par le maire Daniel Spagnou, Robert Gay, vice-président du Conseil départemental, Angélique Euloge, maire de Salignac, en présence notamment de Paul Boulvrais, chef d’escadron de gendarmerie, commandant de la compagnie de Digne, et sous la bienveillance de Nicolas Orth, chef du Centre de Sisteron.

Médaille d’honneur échelon or au lieutenant Patrice Rei et au sergent-chef Martin Schmaltz. Médaille d’honneur échelon bronze aux sergents-chefs Samuel Bideau etYann Derre-Vigier, au sergent Gabriel Dominici et au sapeur de première classe Cynthia Gansmann.

Nominations au grade supérieur

Au grade de sergent-chef : Samuel Bideau et Yann Derre-Vigier. Au grade de sergent : Ludovic Rome et Maxime Taulet. Au grade de sapeur de première classe : David Fallet, Stéphane Simon et Redha Benaïssa. Le Sisteron Journal tient à féliciter l’ensemble des récipiendaires, mais aussi à remercier tous les sapeurs-pompiers de notre ville pour leur dévouement sans faille et leur courage.

PROJET HUMANITAIRE QUI MÉRITE D’ÊTRE SOUTENU

C’était une enfant pleine de vie, souriante, volontaire, heureuse de poursuivre une scolarité pleine d’espoirs de réussites. Mais la maladie l’a frappée et la médecine camerounaise s’est vite retrouvée démunie. Sa maman l’a alors emmenée en France, avec l’espoir d’une meilleure prise en mains médicale. Les médecins de l’Hôpital Nord de Marseille, et ceux de la Timone, se sont démenés pour la guérir. Nanou gardait espoir, et poursuivait sa scolarité, tant en établissement scolaire qu’à l’hôpital, avec une volonté farouche de réussir. Elle émettait le projet de retourner plus tard au Cameroun, afin d’aider elle aussi les enfants malades, et quand elle aurait réalisé son projet, elle voulait devenir médecin. Mais la maladie, une polyarthrite rhumatoïde et une insuffisance rénale sévère, a eu raison d’elle ! Elle est décédée sans avoir pu réaliser son rêve, petite fille courageuse et aimante, qui s’est accrochée jusqu’au bout avec sourire face à ses douleurs.

Nanou nous a quittés en 2015 !

Danieline, sa maman, l’aura accompagnée tout au long de ce chemin douloureux, cette petite fille qui rêvait de prendre en charge les personnes malades, surtout les enfants de son pays natal : « Nanou faisait des rêves toute seule dans sa chambre d’hôpital. Je souhaiterais qu’ensemble, nous puissions rêver. » C’est la raison pour laquelle Danieline a créé la fondation Nanoufoundation, afin de poursuivre le rêve de son enfant. Les objectifs de l’association sont triples : les besoins des régions les plus pauvres du Cameroun concernent la santé, l’éducation et l’eau. Danieline, pragmatique, ne prétend pas résoudre tous les problèmes de son pays d’origine, elle avance à petits pas, avec détermination, en se basant sur les expériences directes des membres de l’association, et de ses contacts au Cameroun. C’est ainsi que dans un premier temps, au mois d’août prochain, elle convoiera un container de matériel médical pour l’hôpital de son village d’origine, Bangoua. Fauteuil roulants, déambulateurs, attelles, etc., lui ont été confiés gracieusement par Sud-Est Médical et l’hôpital de Sisteron, où elle est infirmière. Les eaux souterraines sont la principale source d’approvisionnement en eau en Afrique. Afin d’éviter à la population de Bangoua d’aller chercher l’eau, souvent impropre à la consommation, dans les rivières, l’association Nanou a pour projet de construire un forage. Après enquête sur le terrain avec participation de plusieurs enseignants, il ressort que les enfants de l’école de Djoumassi, près de Garoua, ont besoin des fournitures scolaires pour leur permettre de poursuivre leur scolarité. Pour une année, par enfant, le coût de ces fournitures s’élève à 75€ : « Un rêve seul reste un rêve, un rêve fait ensemble peut devenir réalité. » Danieline est dans la réalité, ses projets, simples, très concrets, étudiés avec sérieux, ne demandent pas énormément de moyens. Mais elle ne peut pas assumer seule l’envoi de matériel au Cameroun, comme elle l’a fait jusqu’à présent, ni financer les différents projets liés à l’eau et à l’éducation.

Si des lecteurs veulent soutenir ces actions solidaires :

Site : www.nanoufoundation.org/ Danieline Dourdent : 06 73 05 44 42

LE KICKBOXING ET LE FULLDANCE AU PLAN D’EAU DURANT TOUT L’ÉTÉ

Après 25 ans d’existence, la Team JMA a créé de véritables champions (Emmanuel Chabot, Jean-Marc Oddou, Silya Chemani), et bien sûr Louna récemment championne du Monde Wako 2022. Depuis 10 ans Magali Aubert se donne corps et âme pour défendre sa passion, la danse moderne, et la transmettre à ses élèves. L’association compte plus de 80 licenciés, qui nous régalent deux fois par an d’un superbe spectacle son & lumière. C’est avec beaucoup de joie, de la bonne humeur, et un large sourire aux lèvres, que la famille Aubert, accompagnée de Marine et entourée de plusieurs élèves, propose aux petits et aux grands de se retrouver au plan d’eau. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela fonctionne ! Adhérents de l’association, enfants du Centre Municipal des Loisirs, touristes et badauds, profitent de ces moments privilégiés.

MARINE JACQUEMIN : UNE INVITÉE DE MARQUE !

Les journées napoléoniennes ont connu une franche réussite, et notre cité peut être fière d’avoir été le théâtre d’un tel événement qui, espérons-le, en appellera d’autres. La marraine de ces journées, invitée par l’association Petites & Grandes Histoires SisteronNaises (P&GHS), n’était autre que Marine Jacquemin, grande reporter de guerre, une femme énergique dotée d’une générosité débordante, d’un cœur immense et courageuse à souhait, en témoignent les actions humanitaires qu’elle défend avec passion et détermination depuis des décennies. Pour les lecteurs du Sisteron Journal, en aparté, elle s’est livrée sans détour au jeu des questions-réponses.

SISTERON A VÉCU UN WEEK-END À L’ÈRE NAPOLÉONIENNE ET EN PRÉSENCE DE L’EMPEREUR

Les terribles chaleurs caniculaires n’auront pas refroidi les ardeurs des quelques 120 reconstitueurs, venus de toute la France et de l’étranger à Sisteron afin de prendre part aux journées napoléoniennes organisées par l’association des commerçants de Sisteron (APACS) et Petites & Grandes Histoires SisteronNaises (P&GHS), avec le soutien inconditionnel de la municipalité et de partenaires privés.

Durant deux jours, les visiteurs, venus en très grand nombre, pouvaient suivre les troupes en uniforme dans les rues du centre-ville, voir les soldats d’infanterie en action et entendre les déflagrations des tirs de fusils et du grand canon. Il était possible d’en savoir davantage sur le service de santé de Napoléon, et d’assister à des combats intenses…

Par ailleurs plusieurs conférences étaient données ici et là, en plein air dans des coins ombragés, expliquant les techniques de guerre ou la manière de soigner les blessés. Des écrivains présentaient leurs ouvrages consacrés à Napoléon. L’empereur en personne était d’ailleurs présent, on le trouvait dans les défilés ou encore sur le camp de la Garde Impériale installé sur la place du Dauphiné, lieu d’où il entra dans Sisteron en 1815. Sur plusieurs points stratégiques se trouvaient des bivouacs où l’on pouvait voir les soldats de Napoléon préparer leurs cartouches et entretenir leur armement.

Feu sur la grande bataille finale !

La journée du dimanche fut tout aussi riche que la veille. Les réseaux sociaux ayant fait leur travail, de nombreux nouveaux visiteurs avaient décidé de venir sous la citadelle. L’avis général semblait unanime pour remercier les organisateurs d’avoir proposé un si bel événement. D’ailleurs, la grande attaque finale face à la barricade n’a pas manqué de surprendre petits et grands qui, les oreilles protégées, sursautaient à chaque déflagration. Un week-end magnifique que beaucoup garderont en mémoire durant de nombreuses années.