Malgré les restrictions et les confinements, le Tennis Club de Sisteron a été l’un des seuls clubs sportifs à demeurer en activité durant ces long mois de crise sanitaire : « Les deux dernières années ont été très difficiles avec aucun tournoi en 2020 » devait commenter le président Xavier Trujilo, lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée le semaine dernière en présence d’Elodie Jourdan, déléguée adjointe aux Sports. Le club faisait état de ses activités depuis la fin du premier confinement, en 2020 : « Nous avons certes pu jouer, dehors et à l’intérieur, mais avec un effectif en baisse de 30%. Moins d’adhérents, c’est moins de recettes pour l’association. » Comme le précise Jean-François Gaumont, unique salarié du club : « Avant nous avions la moitié des membres à l’école de tennis, aujourd’hui, sur 150 adhérents, il y en a 125 à l’école. Cela coûte cher en fonctionnement, d’autant plus que les subventions municipales ont été réduites depuis quelques années. On perd du monde, mais ce n’est pas propre au club de tennis, c’est général dans le domaine associatif ! Il y a une désaffection du club, on n’intéresse que l’école de tennis et les entraînements. Il manquerait une quarantaine d’adhérents pour équilibrer les comptes. »