C’est à l’invitation de Joël Chaix, président de l’association Kiadihop, qu’un concert exceptionnel s’est déroulé à l’unisson de la fête médiévale du ‘‘Passage du Fort’’, le samedi 20 août dernier, réunissant quelques 350 personnes.

Entre Moyen-âge et Éternité !

Il est apparu dans la nef centrale de la cathédrale Notre Dame des Pommiers, en tenue de ménestrel moyenâgeux, crâne rasé, boucles d’oreille, tatouages, grelots aux pieds, une brume en semi-pénombre envahissant la scène. Dès les premières mesures, le public était conquis par sa voix de contre-ténor mezzo-soprano et les harmonies du bouzouki irlandais à huit cordes. Lui, c’est Luc Arbogast, artiste unique, troubadour, qui pendant 17 ans a multiplié les spectacles vivants sur de nombreuses routes en France et à l’Étranger, se produisant sur les parvis des cathédrales, avant de connaître la gloire.

« The Voice » : une voix !

Plongé très tôt dans l’univers médiéval, Luc Arbogast est repéré dans l’émission « The Voice » avec un chant du 15e siècle (Cancion Sefaradi). Il enchaîne depuis disques d’or et de platine, et concerts, en particulier dans des édifices religieux.

Après les rues de Strasbourg, il arrive seul avec ce qu’il a de plus cher, ses instruments, sa voix exceptionnelle, son désir de faire voyager et partager sa musique ici et dans le monde. Après plus de 20 années de spectacles dans les rues et dans le réseau traditionnel et médiéviste, il entre dans la lumière des médias de masse : « Aujourd’hui, jouer avec mon cœur et mon âme est une raison d’être pour moi » affirme-t-il.

Humour et proximité ! Né à La Rochelle, Luc Arbogast est un artiste original et singulier. Il séduit par son humour et sa proximité, invitant les spectateurs à reprendre  avec lui les refrains de ses chansons. Son répertoire est constitué de chants traditionnels, quelques uns de marins et de créations personnelles poétiques, mélangeant l’occitan, l’ancien français et l’allemand médiéval. Le public sisteronais, subjugué par l’univers moyenâgeux créé par l’artiste, en parfaite communion avec lui, va jusqu’à se laisser entraîner dans une folle farandole autour des travées de la cathédrale, qui a rarement vécu une telle liesse populaire ! Le sentiment d’avoir vécu quelques moments exceptionnels vous envahit à l’issue de ce concert, une soirée magique.